Et de 2 ! Oui 2 Uranautes en orbite dans la ceinture d’astéroïdes. Pas mal ! Après Sylvain Bouley c’est le tour d’Arnaud Leroy de voir son nom donné à un petit caillou plus souvent dénommé « petit astre », et cela à l’initiative de notre ami à tous François COLAS de l’IMCCE.

Après les cosmonautes, les astronautes, les spationautes une nouvelle catégorie d’hommes de l’espace vient d’apparaitre : les Uranautes. Vous pourrez grâce à votre Cosmos Express, et la carte qui est publiée, savoir à peu près exactement où ils se trouvent dans la ceinture d’astéroïdes et comment ils révolutionnent. Bravo à nos 2 révolutionnaires de la ceinture d’astéroïdes. Sylvain et Arnaud sont désormais en orbite en compagnie de Jérémie Vaubaillon ou Jean-Luc Dauvergne, sans oublier Lucie ou Martine par exemple!

Mais comment tout cela a été possible me direz vous ? Essayons d’y voir plus clair en élevant le débat au dessus de la ceinture…d’astéroïdes bien sûr. En fait il convient d’abord de rendre hommage à François COLAS qui a découvert au moins 7 astéroïdes, sûrement beaucoup plus.

Mais d’autres en engrangent encore plus comme Claudine Rinner, française, qui a déplacé de Suisse un télescope automatique pour l’installer à l’Oukameiden dans la Haut Atlas au Maroc, superbe site que beaucoup d’Uranautes connaissent déjà. A l’Ouka il y a désormais 2 coupoles, le saviez vous ? Ce « remote telescope » donc contrôlé à distance répond désormais au doux nom romantique de… : MOSS, pour Moroccan Oukameiden Sky Survey. Tout un programme de rencontres grâce à l’ami MOSS. Ainsi Claudine, une spécialiste mondiale, une vraie surfeuse, en a découvert à elle toute seule plus de 1 700 !!!! Claudine Rinner est ainsi la 8ème découvreuse mondiale d’astéroïdes… .

Avis aux amateurs ! Pour s’assurer de l’existence d’un astéroïde il faut avant tout calculer son orbite et ainsi la déterminer de façon à peu près sûre, qu’elle soit « de bonne qualité » dirait Sylvain. Ensuite il revient à l’Union Astronomique Internationale de lui attribuer deux numéros, d’abord un matricule de découverte et un autre numéro d’immatriculation avec notamment l’année de sa découverte. Ensuite le découvreur a toute latitude pour nommer « son » astéroïde, celui qu’il vient de découvrir. Mais attention l’astéroïde COLAS que vous pourriez rencontrer au hasard de vos déambulations célestes n’a pas été découvert par François car il n’est pas possible de s’auto attribuer un astéroïde. Il a donc été nommé par un autre découvreur. S’il y a à peu près 600 000 astéroïdes découverts, il n’y en a que 40 000 qui ont reçu un nom. De là à imaginer un astéroïde nommé non pas « désir » mais Uranoscope il n’y a qu’un pas que je franchis avec allégresse, j’espère avec votre soutien. Nommons ensemble Sylvain notre mandataire auprès de Claudine pour qu’elle veuille bien, un jour avec la complicité de l’amiMOSS, choisir ce joli nom de baptême pour que notre joli poisson, la nuit venue puisse s’ébattre sous nos yeux sidérés dans l’Océan bleu du ciel cosmique ! Avec l’amiMOSS nouvellement implanté dans ses nouvelles montagnes à l’ombre du Djebel Toubkal, Claudine aura en l’espace de 6 mois découvert 2 comètes, jamais auparavant elle n’en avait découvert des astres échevelés, et près de 70 nouveaux astéroïdes ! Ne pensez pas cependant que tout cela soit simple et la pêche reste si non miraculeuse pour le moins difficile. Claudine Rinner c’est 30 ans d’expérience et de manipulation d’un« remote telescope », avec en outre du savoir-faire, de la patience et beaucoup de travail. Le monacal amiMOSS se porte bien là haut tout seul du haut de son Haut-Atlas, pas encore décoiffé ni ébouriffé par les vents de l’Océan, sous la vigilance de notre ami Zouhair qui en fait une boussole de son développement astronomique. Bref une horloge suisse si j’ose prendre cette comparaison. Voilà c’est dit, espérons maintenant que Claudine voudra bien entendre notre petite voix afin que nous soyons tous des Uranautes en état de sidération dans le système solaire.

En cette équinoxe de Printemps et avec le retour d’une méteo plus clémente les Uranautes se retrouveront toujours plus nombreux autour de notre poisson appelé ainsi à son destin céleste, mais à quand la constellation de l’uranoscope ? Vous le saurez en continuant à lui être fidèle… En attendant merci d’avance Claudine et bonne pêche aux astéroïdes avec l’amiMOSS !

Christian BOURDEILLE

Président des UranAUTES