Nous avons mis en pratique les choses dont on vous parle depuis plusieurs mois; Nous avons observé avec la nouvelle coupole et le c14 . L'objectif de cette observation était un astéroïde de la ceinture principale, découvert en 1982. Cet objet a été choisi dans le cadre d'un programme international d'étude et ce programme est dirigé par un chercheur tchèque, le Dr Pravec. Je collabore en général à ce programme par le biais du télescope de 60 cm du Pic, mais là cette fois j'ai voulu voir si avec notre équipement à l'Uranoscope pourrait également remplir cette tâche.

Donc avec Jehan Chrétien, nous nous sommes retrouvées au club vers 20 h Au préalable, à distance depuis chez moi, j'avais allumé la caméra et la résistance chauffante afin de préparer l'installation. Nous avons à notre arrivée, initialisé le pointage car les derniers essais que nous avions effectués, avaient modifié la précision du pointage. Une fois cet étalonnage sur le ciel finit , nous avons pointé la cible qui s'est du premier coup presque au centre du champ de la caméra CCD ST2000 que nous utilisons sur le C14. Nous avons fait aussi le choix technique de ne pas mettre en oeuvre, la technique d'autoguidage (qui consiste à corriger en temps réel la position du télescope) afin de voir comment se comportait le suivi général du télescope. Nous avons donc effectué pendant plus d'une heure le suivi de cet astéroïde. Nous nous sommes aperçus que malgré la résistance chauffante , la buée réapparaît mais à l'intérieur du tube (problème que nous avions déjà connu mais sans solution pour le moment. De plus, en fonction de la position du télescope par rapport à la coupole, la caméra infrarouge perturbe les observations (augmentation du fond de ciel de l'image). Pour ce dernier point, nous sommes en train de faire des tests afin de le résoudre. La coupole s'est assez bien comportée sauf que nous allons devoir reprendre le réglage des galets de roulements de cette dernière afin d'avoir un fonctionnement plus fluide et puis graisser tout cela afin de ne pas freine la rotation. Par ailleurs, nous attendons des jours meilleurs afin de monter le nouveau système d'ouverture du cimier afin de garantir un fonctionnement sans faille ( ou presque si Murphy nous lâche un peu ; -) ). En effet cette dernière opération nécessite un redémontage complet du cimier et de caler les deux demi-sphères du dôme (une journée de travaux à prévoir ).



Afin de conclure ce message , l’observation a été presque un succès mais l'astéroïde choisi était un peu faible pour le C14 et sa caméra. En guise de conclusion ci jointe une petite image de l'objet.